par David Carrel

Roxanne Varza: «Il se passe beaucoup de choses en France !»

Le 07-07-2010 dans Magazine, Portraits / Interview

Rédactrice en Chef du blog Techcrunch, la jeune Roxanne Varza a également pris la tête cette année du réseau Girls in Tech France, dont la vocation est de promouvoir l’entrée des femmes dans l’univers très masculin de l’informatique et des nouvelles technologies. Concernant la création d’entreprise en France, elle ne masque pas son optimisme…

 

La première rencontre de Girls in Tech a rassemblé en mai 80 participants. Comment faire pour se lancer avec succès ?

Très sincèrement, je pense que l’on a eu de la chance parce qu’il existait un véritable espace pour créer ce genre de groupe. Je tenais déjà un blog et lorsque l’on a communiqué, l’information s’est bien diffusée. Et puis nous ne partions pas de rien : Girls in Tech était déjà, à travers le monde, un réseau établit de 7 500 membres et une image sur laquelle nous avons pu nous baser.

Quels sont vos projets à court terme et à la rentrée ?

Nous organisons le 12 juillet un cocktail puis à la rentrée, nous prévoyons un évènement autour du financement des Start Up sur le même principe que la Night des Tech Women : une mini-conférence au cours de laquelle chaque intervenant livrera son expérience. Un cocktail de Networking viendra clore la soirée, pour favoriser les prises de contact. Ce panel de trois invités prendra ses quartiers le 15 septembre.

  

Pourquoi avoir pris la tête de Girls in Tech ?

Trois raisons, principalement. Ce réseau originaire de la Silicon Valley est international, ce qui est un atout pour favoriser les échanges. Ensuite, nous voulons renforcer la présence des femmes dans le milieu des technologies, encore très masculin. Et pourquoi la France ? Je trouve qu’il s’y passe beaucoup de choses, il est important d’être présent ici.

Vous semblez plus optimistes que les français eux-même au sujet de la création d’entreprise en France…

Je suis passé par San Francisco et dans la Silicon Valley les américains ont une image très négative de la France, réduite à ses grèves et ses 35 heures. Mais en arrivant en France en septembre dernier, j’ai constaté un certain dynamisme avec la création de beaucoup de Start-Up. Même si bien sûr la taille des marchés est différente.

Justement, quelles sont les spécificités des startups françaises par rapport à leurs cousines américaines ?

Aux Etats-Unis, ces sociétés se font financer par des capital-risqueurs alors qu’ici, les français bénéficient de tout un ensemble de mesures inconnues chez nous : le fond OSEO par exemple, ou encore autres aides d’Etat. Je note aussi que comparé aux Etats-Unis, la France souffre d’un manque d’idées originales, ce qui est peut-être lié aux modes de financements : les capital-risqueurs français, plus fébriles, préfèrent contribuer à un projet déjà soutenu aux Etats-Unis.

 

Publicités