Mots-clefs

, ,

Aller voir le site

Ce plateau qui fait suite à « Facebook pour les marques et les entreprises, ce qui marche vraiment« , traite des espaces communautaires  permettant une utilisation et des échanges d’entreprise à entreprise, et non plus vers le consommateur.

Tourné en mai dernier et publié hier, ce débat prouve – si c’était nécessaire – à quel point il faut être modeste face à l’évolution du web 2.0 et les connaissances qu’on en retire.

Certains points de mon intervention méritent d’être revus et corrigés. Voici, réactualisé, mon point de vue à ce jour.

Facebook, meilleur en BtoC

Une présence sur Facebook peut permettre d’animer une communauté segmentée d’intérêt, de loisir, ou pour sa marque en BtoC.
Au sein d’une page fan ou d’un groupe, où les échanges se font autour d’une passion, d’une cause commune, le retour sur investissement est l’attention que les internautes offrent, alors que le flux en temps réel dans lequel nous vivons, demande de plus en plus d’énergie pour filtrer et sélectionner ce qui nous importe.

Mais en BtoB peu de secteurs d’activités peuvent se constituer une communauté sur Facebook. Pour l’instant seuls les services aux entreprises dans les TIC, marketing, communication me semblent en capacité de mobiliser des adeptes.

Les espaces communautaires BtoB

L’intérêt de ce plateau était de traiter ce qui existe hors Facebook, qui occupe l’esprit des entreprises actuellement. Alors qu’elles se demandent si elles doivent à tout prix y être présentes, pour saisir l’opportunité du web social dans leur business, il est important d’élargir leur horizon en leur présentant la variété des médias sociaux.

LinkedIn, Viadéo, Twitter, Slideshare, Youtube, etc. sont autant de sites qui permettent de valoriser son entreprise auprès de ses clients ou fournisseurs, d’agréger sa communauté BtoB autour de sa marque, d’entretenir des échanges.

LinkedIn, Viadéo pour la mise en relation ; Slideshare, Youtube et aussi les outils de bookmarking par exemple pour le partage de connaissance, permettent d’enrichir la communauté et de contribuer à sa valeur. Twitter lui est répond à la croissance du besoin d’expression des utilisateurs, dans un format court et rapide : c’est le micro-blogging. En 140 caractères, il permet de ralayer et commenter des informations présentes sur d’autres sites ou sur des blogs.Twitter est un amplificateur, une caisse de raisonance formidable au service d’un contenu préexistant.
Et comme le dit récemment Eric Dupin, la matière première des médias sociaux et des conversations sont en grande partie les blogs.
Blogs du dirigeant, blog des experts de l’entreprise, blog des salariés, etc. de nombreuses formes peuvent être mises en place, qui apportent visibilité et crédibilité à la marque.

Publicités