Une reprise du texte de Oren Franck, directeur de création de MRM Worldwide sur le blog d’Olivier Mermet

La nature même du terme social media n’est qu’un simple aspect des nouvelles pratiques de marketing… Qui ne sont pas si nouvelles, comme le mentionne aujourd’hui Oren Franck, le directeur de création de MRM Worldwide.

Celui-ci nous rappelle d’ailleurs qu’avant la folie furieuse du social media, à la frontière de l’opportunisme et de la monomanie, il y avait le Cluetrain Manifesto (1999), un vestige pré-bulle qui prônait pourtant les mêmes choses ou presque que ce qu’on voit partout aujourd’hui. Une recueil de règles qui mettaient systématiquement le consommateur au coeur des préoccupations de l’entreprise.

One by one, the old disciplines of marketing and communications are being disrupted by the internet. Perhaps one of the saddest victims is « media. »

The basic mistake is the attempt to continue viewing « media » as a standalone category and vertical. It leads to such amusing terms as « social media. » Right, he must be crazy. We’re talking about the future of marketing, social media that is. Well, I suggest you travel back in time to the 1999 « Cluetrain Manifesto » and read it again. It’s all there, but it’s about us, the consumers, and not about channels, transmissions and definitions. Because the internet and the web are networks of connected nodes, mostly comprising people, therefore, the internet is inherently social, built into its very design.

We are using the term « social media » and its younger sibling, « earned media, » probably because it is our way to hang on to our old ideas about traditional media. Social media is basically the ability to self-express and connect many to many — something many of us did on BBS boards with 14.4k modems. But in marketing and communications we actually use « social media » to show that we still « reach » our consumers even when they’re on the web, and sometimes, we don’t even have to pay for it! At least not as much as we pay on TV.

Oren Franck conclut son article en parlant de nouveau paradigme, et de « style de vie » des praticiens. Ce qui intéresse les marketeurs d’aujourd’hui, dans le social media, c’est le media. L’audience. On pense encore Facebook comme une télévision, une machine à compter le temps de cerveau disponible, et non comme un moyen de faire en sorte de mieux servir son client.

Et défendre ce genre de points contre la rentabilité immédiate de l’entreprise, c’est une tâche quotidienne. C’est vraiment, un style de vie.

Source de l’image : Hugh McLeod 2006

 

Publicités